Toute vêtue de blanc, une petite fille à l’air timide et aux yeux rieurs nous regarde. Des perles trop chères parent son cou d’enfant et parlent de désirs qu’elle ne peut comprendre. Derrière elle, les lumières qui avaient d’abord éclairé ses pas semblent maintenant transformer l’estrade en une gigantesque trappe l’emmenant peut-être, bientôt, vers le Rien. La scène est a la fois tendre et effroyable, superbe et désespérante. Requerrant plusieurs mois de préparation et un maniement précis des outils numériques de pointe, chacune des œuvres photographiques des Frères Sanchez est une mécanique savante qui nous entraîne au cœur de l’inquiétante étrangeté du quotidien. À l’aide de mises en scène élaborées et d’une recherche visant l’usage poétique de symboles, Jason et Carlos travaillent la photographie comme s’il s’agissait de peinture. Témoignant d’une esthétique raffinée et d’un goût prononcé pour les détails, ils élaborent des compositions qui ne manquent pas de nous troubler tout en nous fascinant. À peine âgés de 25 et 30 ans respectivement, ces jeunes artistes canadiens d’origine espagnole ont déjà réussi à donner une image bouleversante du vécu, une image qui a le pouvoir d’éveiller nos désirs tout en en révélant les traits parfois funestes. Inspirées d’histoires personnelles, racontées ou lues dans les journaux, ces œuvres exquises et insolentes nous font voir la vie sous un autre jour.

> CLOSE Window

Comments are closed.

Camera Littera on